La pyramide divise le travail et additionne les tâches, le réseau multiplie la valeur ajoutée des contributions. A des moments différents de leur histoire, les organisations privilégient l'ordre pyramidal ou la vie en réseau selon que leur environnement les conduit à placer en priorité la stabilité ou le mouvement. Plus l'environnement devient évolutif, concurrentiel, imprévisible, plus se révèlent essentielles les capacités de souplesse, de réactivité, de multiplication des intelligences en tant que facteurs d'innovation, et plus il devient nécessaire de « mettre du réseau dans sa pyramide ».

Praticiens des entreprises, les auteurs soulignent combien cette nouvelle dialectique « pyramide-réseau » et les nouvelles pratiques engendrées par les Technologies de l'Information et de la Communication qui l'accompagnent remettent en cause la quasi-totalité de nos habitudes managériales. Très concrètement, ils rappellent les points clefs de cette considérable mutation.