La partie cachée de l'iceberg étant tout ce qui a contribué à la nomination ou au dessaisissement: les négociations secrètes, les interventions souterraines, l'influence des groupes de pression ainsi que toutes les forces qui s'agitent dans l'ombre. En France, l'influence est souterraine, sournoise, elle favorise l'entraide, la conspiration, l'enrichissement personnel, la réussite de sa carrière. La France reste réticente à la transparence de l'influence, qui permet d'afficher des comportements clairs. Dans les pays anglo-saxons,le réseau d'influence est institutionnalisé. Nous accusons en France un retard par rapport à d'autres pays sur le rôle du contre-pouvoir et de l'influence. L'influence souterraine a survécu puisqu'elle fait partie d'un état d'esprit résistant aux changements, où la transparence n'est guère de mise. L'Etat, les pouvoirs publics français et certaines grandes entreprises l'utilisent à merveille en coulisses au prix de combats sanglants dans les "antichambres" du pouvoir. C'est l'aspect invisible et sournois, alors qu'à l'extérieur règne une imagede sérénité. L'influence est un droit démocratique et il paraît normal que chacun défende la conception de ses intérêts, l'influence au grand jour, c'est le baromètre de la démocratie. En Europe, l'influence est différente de celle pratiquée en France, le décideur européen pense que c'est un mode normal d'information et qu'il n'est pas seulement destiné à une élite dirigeante. L'influence, dans ce cas, devient un processus horizontal et non plus vertical. Son but n'est pas de s'accaparer le pouvoir mais plutôt d'améliorer les institutions parlementaires et prouver la transparence des échanges. L'avènement de l'Europe conduit chaque Etat à avoir des représentants à Bruxelles, où il existe autant de lobbyistes que de fonctionnaires! Les relations d'influence se développent en Europe, et l'homme habitué aux échanges mondiaux peut mesurer en termes d'influence le fossé qui existe entre certains pays européens et la France. Le bât blesse lorsque l'on sait que les Français sont dix fois moins nombreux que les Anglais et les Allemands à Bruxelles!

Accéder à l'article Texte intégral, Taille : 1064 ko - Dernières modifications : 3/07/2004